Le capitaine des Bleues Julien Benneteau a vécu « des émotions exceptionnelles » contre la Roumanie

Julien Benneteau est un capitaine comblé. (N. Luttiau/L'Équipe)

Le capitaine de l'équipe de France de Fed Cup Julien Benneteau a vécu un week-end riche en émotions lors de la victoire des Bleues contre la Roumanie, en demi-finales à Rouen. Il explique ses choix, notamment celui de titulariser Pauline Parmentier.

« À quel niveau, dans votre carrière de joueur puis de capitaine, placez-vous ce week-end ?
En tant que joueur, j'ai vécu des émotions exceptionnelles. Aujourd'hui (dimanche), j'ai vécu de très grandes émotions. Dans ma vie de tennisman, c'est une journée qui est très, très haut. Dans mes meilleurs souvenirs.

Avez-vous hésité à aligner Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ensemble pour le double décisif ?
Pas une seule seconde. Sauf si Caroline avait un pépin physique. Alizé (Cornet), encore une fois, a eu le courage de me dire hier (samedi) soir : ''Si jamais il faut, je serai prête pour le double.'' Mais je n'ai pas hésité une seule seconde.

Doutiez-vous de la capacité de l'équipe à se relever après l'incroyable match entre Halep et Garcia ?
Non parce que la logique du classement a été respectée. On était toujours en course, en vie. Pauline (Parmentier), qu'elle rentre à 2-1 pour elle ou contre elle, ça ne devait pas changer ses systèmes, son plan de jeu. Ça n'avait aucune influence sur la forme qu'elle avait et qu'elle a montrée toute la semaine à l'entraînement. C'est ce qu'elle a réussi à faire sur ce simple et je suis incroyablement fier d'elle et tellement content pour elle.

« Alizé (Cornet) n'a pas été sur le court cette semaine, mais si Pauline a gagné, c'est grâce à Alizé »

Comment avez-vous pris la décision de faire entrer Pauline Parmentier à la place de Kristina Mladenovic pour disputer le quatrième simple contre Irina-Camelia Begu ?
J'avais une très grande hésitation entre deux joueuses. Et j'ai eu un moment, hier (samedi), que je ne pensais pas vivre en équipe de France. Un moment d'intelligence et d'honnêteté, de sincérité, entre Pauline, Alizé et moi. À travers cette petite réunion à trois, il nous est apparu évident que Pauline était le meilleur choix, quel que soit le scénario de la journée. C'était l'une des filles qui tapait le mieux la semaine à l'entraînement. Je pense que la terre battue intérieure est sa meilleure surface.

J'ai échangé avec tout le staff hier soir dans ma chambre avant de prendre cette décision. J'ai été réconforté par certains membres du staff dans la prétention que je pouvais avoir qu'avec moi sur la chaise - parce qu'on a une histoire personnelle Pauline et moi du fait de mon histoire avec Loïc (Courteau) qui est son compagnon -, avec Thierry Champion, qui est comme un grand frère pour elle, et avec le sparring partner Alexis Musialek, qui la réconforte et lui donne énormément de confiance, je pense que Pauline était dans les meilleures conditions. En plus, je crois qu'ils ne pensaient pas qu'on allait mettre Pauline. Et moi j'avais l'idée qu'ils mettraient Begu. Pauline a battu Begu l'année dernière à Istanbul. J'aimais bien ce que j'imaginais.

Julien Benneteau avec ses joueuses ( N.Luttiau/L'Équipe)

Dans cette discussion à trois, Alizé Cornet a-t-elle, d'elle-même, dit que Pauline Parmentier était mieux placée qu'elle pour ramener un point à la France ?
C'est pour ça que c'est une vraie victoire d'équipe. Alizé n'a pas été sur le court cette semaine, mais si Pauline a gagné, c'est grâce à Alizé hier (samedi) soir. Parce qu'elle a senti que sa copine était mieux placée. Et en plus, Alizé disait qu'elle n'aimait pas trop jouer Begu. Je n'avais pas prévu de fonctionner comme ça, au niveau de la concertation, parce que je ne pensais pas, sans leur faire offense, qu'elles seraient capables d'avoir ce recul. C'est pour ça qu'Alizé a aussi apporté son point ce week-end. J'avais dit à Liège que je comptais sur toutes. Alizé a joué à Liège, Kristina a joué le simple du samedi et le double, et Pauline là. Je suis ravi pour toutes les cinq. Aujourd'hui (dimanche), ce qu'elles ont démontré... Je suis incroyablement fier d'elles.

« Tous ceux qui disent que le tennis féminin n'est pas spectaculaire ou pas d'un très grand niveau, c'est qu'ils ne connaissent rien au sport »

Vous n'avez pas envisagé de faire jouer Kristina Mladenovic pour le quatrième simple ?
Je voulais la garder fraîche pour le double, même si elle se sentait prête à enchaîner les deux. On a vu que ça a coûté à Begu (qui a fini son match contre Parmentier blessée et n'a pas pu disputer le double avec Monica Niculescu), on a vu que le travail de sape commencé par Kristina hier (samedi) en simple, poursuivi par Caroline aujourd'hui (dimanche) contre Halep, a fait que, peut-être, à un moment donné, elle a eu un peu moins de jus. Peut-être que sans tous ces efforts consentis, elle n'aurait pas fait la double faute sur la balle de break (à 4-4, 30-40 dans le troisième set du double).

Le premier match du dimanche entre Simona Halep et Caroline Garcia a atteint des sommets. Qu'en avez-vous pensé ?
Ça a été un très grand match de Caroline et un énorme match d'Halep. Un match d'un niveau et d'une intensité de classe mondiale, vraiment. Je n'ai pas la prétention d'avoir une expérience exceptionnelle en tennis féminin, mais pour moi, c'est le plus grand match que j'ai vu. Tous ceux qui disent que le tennis féminin n'est pas spectaculaire ou pas d'un très grand niveau, c'est qu'ils ne connaissent rien au sport. Ça a été d'une intensité, d'une émotion et d'un niveau de jeu, tactique, technique, physique aussi, d'une justesse pendant trois heures... Ce qu'elles se sont mis ! J'ai été impressionné. J'espère que Caroline pourra continuer comme ça dans sa saison. Si elle continue comme ça, on sera encore plus forts avec elle en Fed Cup.

Vous devez être épuisé...
Hier (samedi) soir, ce matin (dimanche), je leur ai dit, au staff et aux filles : ''on se prépare, ça va être une très longue journée.'' Je ne pensais pas que ça serait aussi long. Vendredi soir, je leur avais dit : ''je vous fais une confiance incroyable car je sais que j'ai des combattantes et des guerrières à toute épreuve.'' Ça a été d'une émotion et d'une intensité incroyables. »

publié le 22 avril 2019 à 01h11 mis à jour le 22 avril 2019 à 07h48
commentaires (9) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
GeorgesBestforever le 22 avril 2019 à 02h05

De l’émotion à l’état pur, ce format de FED Cup est magique. Allez les Bleues !

répondre
10
1
voir tous les commentaires... (9)