Les Anglais entre bobos et quart de finale

Farrell n'a pas pu s'entraîner normalement, mercredi. (P. Cziborra/Reuters)

Quelques joueurs malades, d'autres amoindris et un quart de finale en perspective : l'équipe d'Angleterre va ménager plusieurs cadres.

La liste des joueurs anglais qui ne sont pas à 100 % n'a pas diminué ce mercredi, au contraire, ce qui permet d'y voir un peu plus clair sur la composition qui sera dévoilée jeudi pour le match contre les Bleus. En plus de Billy Vunipola, qui soigne sa cheville gauche, Jack Nowell (petite élongation) et Joe Marler (béquille), l'ouvreur Owen Farrell et le talonneur Luke Cowan-Dickie souffrent toujours de problèmes gastriques qui ne leur ont pas permis de s'entraîner normalement. « Nous ne prendrons aucun risque, a répété le coach de la défense, le Néo-Zélandais John Mitchell. Personne n'a rien de grave mais nous avons un effectif qui nous permet largement de pouvoir tourner. »

Le sélectionneur Eddie Jones devrait donc laisser souffler six ou sept joueurs par rapport au quinze de départ contre l'Argentine, dont les deuxième-ligne Maro Itoje et George Kruis qui laisseront leur place à Courtney Lawes et Joe Launchbury. En troisième-ligne, Mark Wilson et Lewis Ludlam devraient démarrer la rencontre. Owen Farrell, s'il ne va pas mieux, laisserait George Ford enchaîner son quatrième match à l'ouverture, avec vraisemblablement Henry Slade au centre. Sur les ailes, Jack Nowell, prévu pour attaquer le match, laissera certainement sa place à Anthony Watson tandis que Johnny May et Elliot Daly enchaîneront. En première ligne, c'est Mako Vunipola qui occupera le poste de pilier gauche.

Un risque de typhon

Pressés de question quant à la possible annulation du match, menacé par le typhon Hagibis qui approchera de Tokyo ce week-end, ni Mitchell ni les joueurs n'ont voulu se lancer dans le jeu des suppositions. « En venant ici, dit l'entraîneur, nous étions prévenus de ces possibilités. Nous attendons de voir comment cela va tourner et d'avoir une communication officielle de World Rugby pour évoquer cela avec les joueurs. » Comme dans chacune des villes où ils ont fait étape depuis leur arrivée sur le sol japonais, les Anglais ont à disposition un terrain d'entraînement couvert, à Fuchu cette semaine.

Le jour de leur arrivée au Japon, ils avaient déjà fait l'expérience d'un typhon puisqu'ils avaient atterri quelques heures après le passage de Faxai et étaient restés bloqués plus de cinq heures à l'aéroport de Narita. Ils avaient patienté en improvisant une partie de cricket.

publié le 9 octobre 2019 à 11h24
commentaires (42) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
stadetoulousain12 le 09 octobre 2019 à 11h28

on va bien encore tomber dans le panneau , les battre et tomber dans coté tableau le plus difficile ....

répondre
28
9
voir tous les commentaires... (42)