Handball : le fiasco du Super Globe féminin

Les Messines ne pourront pas participer au Mondial des clubs en raison d'un problème de visas. (B.  ) Le Bars / L'Equipe

Le premier Championnat du monde féminin des clubs, qui se déroulera en Chine du 1er au 4 août, a perdu toute signification sportive. En raison de problèmes administratifs, il se jouera sans aucun club du continent européen, qui domine largement la discipline.

En théorie, l'idée de la Fédération internationale (IHF) était sympathique : créer une version féminine du Super Globe, officieux Championnat du monde masculin des clubs dont la treizième édition se jouera en Arabie Saoudite du 27 au 31 août.

L'opération a été lancée avec le soutien de la Chine, qui l'organisera pour la première fois du 1er au 4 août à Wuxi. Sauf qu'elle a déjà tourné au fiasco sportif.

Car aucune équipe européenne n'y participera, alors que le Vieux-Continent domine très largement la discipline, chez les femmes comme chez les hommes. Le champion d'Europe Györ a décliné l'invitation, le finaliste Rostov aussi. Metz, quatrième de la dernière Ligue des champions, a alors été sollicité par l'IHF.

Metz empêché par un problème de visas

« Pour la notoriété du club, cela aurait été très intéressant. Je nous voyais déjà champions du monde des clubs, raconte Thierry Weizman, le président lorrain. Mon entraîneur (Emmanuel Mayonnade) n'était cependant pas très favorable à l'idée d'imposer à l'équipe dix heures de vol et autant de décalage horaire en pleine préparation d'avant-saison. Surtout, on s'est rapidement heurtés à l'ambassade de Chine. À partir du 15 juillet, il est obligatoire de présenter des empreintes digitales pour obtenir un visa. Or toutes les joueuses étaient en vacances à cette période, il était impossible d'obtenir leurs empreintes à temps. »

Contactées peu après, les Norvégiennes de Kristiansand ont accepté de participer... avant de devoir vite renoncer pour les mêmes raisons.

Le plateau sera en fin de compte constitué de huit clubs quasiment inconnus : deux représentants du pays hôte, le Chinese National Club et Jiangsu, Kaysar (Kazakhstan), Omron (Japon), Universidade do Contestado (Brésil), New York (Etats-Unis), Agosto Luanda (Angola) et l'Université du Queensland (Australie).

La compétition n'aura donc aucune signification sur le plan sportif et ne contribuera pas à améliorer l'image de la Fédération internationale.

publié le 30 juillet 2019 à 16h12 mis à jour le 30 juillet 2019 à 16h21
commentaires (12) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
ELMIMI64 le 30 juillet 2019 à 16h19

L'IHF, décidément quelle irresponsabilité de choisir en connaissance de causes un pays qui demande X documents pour un tournoi. Comme le Qatar qui garde les passeports le temps du voyage ou de l'escale si lon sort de la zone de transit.

répondre
25
2
voir tous les commentaires... (12)