Équipe de France : Nando De Colo, la mue d'un leader

Autrefois taiseux, l'arrière est désormais plus vocal, sanguin et directif. Un changement d'attitude qui va de pair avec sa nouvelle dimension sous le maillot bleu : celle d'un patron.

Nando De Colo, ici lors du match contre l'Australie (98-100), lundi. (A. Réau/L'Équipe)

Équipe de France : Nando De Colo, la mue d'un leader

Autrefois taiseux, l'arrière est désormais plus vocal, sanguin et directif. Un changement d'attitude qui va de pair avec sa nouvelle dimension sous le maillot bleu : celle d'un patron.

Pour vivre heureux, Nando De Colo fait tout pour vivre caché. L'arrière de trente-deux ans aime se ressourcer chaque été à Rivière, un petit village près d'Arras où il a grandi et où il rêve, une fois sa carrière achevée, de se poser dans une cabane de briques rouges. Il reste en retrait des crépitements de la NBA, auxquels il a goûté sans succès pendant deux saisons (de 2012 à 2014), à San Antonio puis Toronto, où on ne lui a jamais laissé exprimer la quintessence de son jeu. Star du meilleur club européen (le CSKA Moscou), où il a tout gagné (dont l'Euroligue en 2016 et 2019), il souffre d'un déficit de visibilité dans son propre pays. Et à le voir passer du statut de titulaire indiscutable à celui de remplaçant cet été, on pourrait croire qu'il a aussi demandé à se faire oublier en équipe de France.

Pour lire la suite, abonnez-vous :

déjà abonné ? se connecter
s’abonner pour lire la suite