Thibaut Dapréla : « Voir Bruni et Pierron gagner, ça donne la hargne pour s'entraîner et se rapprocher d'eux »

Thibaut Dapréla, vainqueur deux ans de suite de la Coupe du monde junior de VTT descente. (Commencal)

Double vainqueur de la Coupe du monde junior de VTT descente, le Français de 18 ans Thibaut Dapréla revient sur une saison qu'il a survolée, avant de se lancer chez les élites l'année prochaine.

« Vous êtes deux fois de suite vainqueur de la Coupe du monde junior. Vous réalisez quelques jours après ?
Deux ans de suite, c'est parfait. C'était surtout fort de gagner la dernière course, car j'ai eu des soucis sur les trois courses avant. Je suis tombé, j'ai crevé et aux championnats du monde, j'ai cassé le dérailleur. J'avais déjà gagné le général avant la dernière course, mais ça faisait du bien de bien finir. Et cette sensation de gagner... j'adore.

Vous n'avez pas décroché de médaille aux mondiaux, c'était une déception ?
Je n'ai pas pu pédaler tout au long de la piste à cause du dérailleur qui a cassé donc je ne pouvais pas espérer de résultat. Ça aurait été un miracle que les autres se loupent (l'Australien Kye A'Hern a été titré, devant le Français Antoine Vidal). Je ne me suis pas apitoyé sur mon sort, ça le fera une autre fois. Je suis passé à travers mes deux années de junior. L'année dernière, j'avais très mal roulé. Cette année, la médaille mondiale était l'objectif. Ça reste un titre prestigieux, une course d'un jour, le maillot toute l'année. Pour moi, ça a plus d'importance la Coupe du monde, car il faut être compétitif tout le temps. Mais les championnats du monde, ça reste important.

« Dans quelques années, j'aimerais gagner un titre de champion du monde et la Coupe du monde. Un jour »

Vous survolez depuis deux ans le circuit junior, ça donne plus d'ambitions pour l'année prochaine, quand vous allez débuter en élite ?
Ça donne de la confiance, ça apprend à gagner et à savourer certaines choses, mais il faut aussi comparer ses temps avec ceux des élites, car ce n'est pas parce que tu gagnes tout en junior que tu vas gagner en élite. Il y a tellement un écart de niveau... il faut être solide la première année en élite, car on peut facilement ne pas faire les résultats espérés. Mais c'est vrai que ça donne l'envie de s'arracher encore plus. Car une fois qu'on a goûté à la gagne, on a envie de recommencer.

Vous avez gagné les Championnats de France cette année, en élite. Sans Bruni, Pierron et Vergier, mais face à Thirion et B. Pierron, habitués au top 20 mondial.
C'est un des meilleurs souvenirs de la saison. Tout le week-end, je n'étais pas trop dedans car j'étais un peu fatigué. Je me suis réveillé le dernier jour et j'ai fait un super run. Ça ne m'est jamais arrivé dans la saison d'être aussi fatigué après un run, car il y avait des énormes pédalages. Ça aurait sympa qu'il y ait Amaury (Pierron), Loïc (Bruni) ou Loris (Vergier), pour voir si j'aurais pu être proche d'eux ou pas. Mais ils ne sont pas venus, et j'ai pris ma chance. C'était cool de gagner en élite, surtout devant Rémy (Thirion) et Baptiste (Pierron), qui font partie des 20 meilleurs du monde.

Ça inspire de voir les Français Bruni et Pierron gagner en Coupe du monde ?
Ça, c'est sûr ! En plus, Loïc (Bruni), c'est un ami depuis tout petit. Et Momo (Amaury Pierron), c'est un coéquipier. Donc, je vois comment il se prépare, les coulisses... C'est une inspiration et ça donne la hargne de s'entraîner pour se rapprocher d'eux au maximum. On est rival sur la course, mais on est amis à côté. Et ça se voit bien entre Loïc et Amaury. Avec moi, c'est différent, car on a plus d'écart d'âge.

Thibaut Dapréla, avec Amaury Pierron, Myriam Nicole et Loïc Bruni. (Derleyn/Commencal)

L'année prochaine, vous aurez quels objectifs pour votre première année en élite ?
Rien de précis. Rouler au mieux, rentrer dans le top 20. J'espère rester régulier dans le top 20. Mieux, ce serait que du bonus. À moi de faire le boulot. Le top, ce serait le top 10. Mais il faut garder les pieds sur terre.

Et dans les années futures ?
Se construire et apprendre tous les ans. Dans quelques années, j'aimerais être dans le top 5 et gagner un titre de champion du monde et la Coupe du monde, un jour. Une fois que tu l'as gagné en junior, tu as forcément envie de gagner en élite. Ça reste un objectif. Après quand, on verra bien. »

publié le 11 septembre 2019 à 18h07
commentaires (2) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
baller38 le 12 septembre 2019 à 08h26

La France est une terre de vtt, on a des champions dans toutes les catégories! Hate de voir les perfs de Thibaut l'année prochaine!

répondre
4
0
voir tous les commentaires... (2)